125 Voyages

Jour 6 : Mission l’Île de Ré (et autres retournements de guérison)

En cils

C’est le courage au coeur que nous partîmes pour l’Île de Ré, où nous avions l’intention de nous mettre bien minables en épuisant nos cuisses et nos coeurs tels des coureurs du Tour de France non dopés, sur les nombreuses voies cyclables et venteuse de l’Île. Comme l’Île est quand même un peu longue (26km), nous nous sommes décidés pour louer des vélos sur place. Donc nous avons traversé le pont (péage pour les voitures) sur ses 3km. Cela en fait le plus long pont reliant le continent et une île en France, et le 2e plus long pont tout court, derrière celui de Saint Nazaire, devant même le Viaduc de Millau.

C’est sa courbure qui le rend si photogénique, je vous laisse le soins de chercher les photos de nuit, j’avoue ne pas avoir essayé de refaire ce que d’autres ont déjà très bien fait.

 

Nous passons en voiture devant Saint Martin de Ré (voir l’article que j’avais fait il y a deux ans pour retrouver quelques photos) et nous allons à La Couarde sur Mer pour y trouver des vélos. Le but est de partir vers le bout et de s’arrêter pour nous laisser le temps de flâner un peu sur une plage puis de revenir rendre les vélos.

Of Babylon

Après une petite escale pique nique sur le bord d’un bassin d’initiation de la Fédération Française de Voile, nous attaquons véritablement les pistes cyclables qui serpentent au milieu des marais salants.

Vine

Déjà d’aspect rustre, on a parfois l’impressions qu’ils sont abandonnés ou plutôt rendus à la nature même. On y croise nombre d’oiseaux de toute sorte. Le soleil est très lumineux et chaud, mais un vent frais très agréable nous aide à supporter la chaleur. Heureusement que les réserves de boisson fraîches ont été prévues en grande quantité. Nous nous sommes dirigés vers Loix au nord puis revenu vers le petit passage vers Le Martray. Nous pensions aller vers les plages de La Grange mais nous sommes allés un peu trop loin jusqu’à une section de plage avant Saint-Clément des baleines.

Age Nous avions à peu près une heure de plage, ce qui nous semblait bien suffisant pour nos peaux encore trop blanches. La marée était plutôt basse et en train de remonter. Nous y avons trouvé une partie de sable brûlant, une autre de sable frais, une bande de coquillage et quelques plaques de rochers qui affleuraient à la surface de l’eau. L’eau claire et peu mouvementée m’a quand même permis de faire quelques clichés même si la plupart ont été trop déformés pour être utilisables. Nous ne risquions en tout cas pas d’être dérangés par la foule.

Ution

Matopée

Pressés de rapporter les vélos avant la fermeture du local de location, nous sommes repartis vers la Couarde en prenant un chemin plus direct. Reprenant la voiture, nous sommes retournés à Saint-Clément des baleines où le nom d’un restaurant nous attirait (Le chat botté) mais la carte gastronomique n’était pas dans nos tarifs. Nous avons donc préféré un bar fort sympathique à proximité pour prendre une petite bière sur des tonneaux bien colorés. Le décor du bar et la musique nous ont bien fait digéré le prix des bières digne des Champs-Élysées parisiens.

Niente

L’heure approchant, nous avons poussé jusqu’au phare des baleines pour le coucher du soleil. J’ai plein de panoramas à monter pour la galerie photo. La lumière était forcément étonnante et quelques flash bien posés m’ont rendu fiers de certains clichés et surtout heureux d’être passé à mon petit Canon. Quelques contre-jours, certaines sympas en direct sur le soleil, quelques angles étonnants… Et avec la baisse de luminosité générale, je n’ai pas eu les problèmes de surexposition que j’ai eu plusieurs fois depuis le début des vacances. Il faudra que je regarde les réglages de plus près pour cela.

MuelAbond9

 

 

 

 

 

 

 

Nous avons terminé la soirée Chez Marie pour une petit resto sans prétentions mais très bon. Le retour fut trop long et le coucher vers 1h30 nous a rendu le réveil des plus difficiles même si le Zoo de la Palmyre était un bel objectif.

 

### Énigme n°6 ###

  • Trouvez la photo qui afficherait le texte “Age” si votre navigateur internet ne pouvait afficher des images. (FireFox recommandé, Safari et Chrome déconseillés, Explorer pas testé)
  • Expliquez l’étymologie du sujet principal de la photo.

6 reflexions sur “Jour 6 : Mission l’Île de Ré (et autres retournements de guérison)

  1. Thierry

    ‘lut Szam-Bernard,

    Il s’agit de la photo du bernard l’ermite (dis donc, t’es un p’tit vicieux toi, 😉 ).
    S’agissant de l’éthymologie, voici ce que j’ai trouvé :
    Emprunté au languedocien “bernat l’ermito” dont la 1re partie est probablement un emploi de l’anthroponyme Bernard (du nom de Bernard de Cîteaux) très usité comme sobriquet pour désigner différents animaux : bernat-blanc « héron aigrette », bernat-pescaire « héron », bernat-pudent « tout insecte ou animal exhalant une mauvaise odeur », à rapprocher aussi de l’emploi péjoratif de bernard « sot, niais ».
    L’hypothèse d’un étymonymie celtique *bern-at-os, dérivée de *bernos « aqueux, marécageux », assimilé au suffixe lat. -atus satisfaisante du point de vue sémantique pour bernat-blanc, bernat-pescaire « héron » n’est pas convaincante pour bernat-pudent. Le qualificatif d’ermite (ermite*) est dû au fait que ce crustacé vit toujours solitaire et s’installe dans un coquillage comme dans un ermitage.
    cf http://atilf.atilf.fr/dendien/scripts/tlfiv5/visusel.exe?11;s=1888449930;r=1;nat=;sol=0;

    A+
    Thierry

  2. Thierry A

    Énigme n° 6 – Photographie du Bernard l’ermite

    La terminologie bernard l’ermite (ou encore bernard l’hermite, avec ou sans trait d’union) dérive du prénom Bernard souvent utilisé pour désigner des animaux aquatiques et du mot ermite qui réfère au mode de vie. Au pluriel, ce nom composé reste invariable. in http://fr.wikipedia.org/wiki/Paguroidea

    C’est ma réponse parce que j’ai appris qu’il ne fallait pas être plus tordu que le concepteur des énigmes 😉

    Mais j’ai trouvé plus complexe comme étymologie :
    De l’occitan languedocien bernat-l’ermito, bernat viendrait du prénom de Bernard de Clairvaux et ermito du comportement de l’animal. Une autre hypothèse fait dériver bernat du celte bernos (aqueux, marécageux), mais cette étymologie ne semble pas satisfaisante car d’autres animaux, qui ne sont pas aquatiques, portent un nom occitan en bernat : par exemple bernat-pudent (punaise des bois). in http://fr.wiktionary.org/wiki/bernard-l%E2%80%99hermite

    Si avec ces réponses, je n’obtiens pas mes 10 points… j’abandonne !!

    1. SamChaTICE Auteur de l'article

      Tous les navigateurs ont des réglages dans leurs préférences pour ne pas afficher les photos (les pages deviennent alors très rapide au téléchargement). C’est après que ça se gâte. Firefox affichera ce qu’il faut à la place. Pas Safari ni Chrome apparemment. Après l’autre mise est de fouiller dans le code HTML de la page. Ou encore d’essayer les jeux de mots nuls.

  3. Corinne et Elodie

    C’est la photo du Bernard l’ermite et j’ai la preuve : title=”Bernard l’Ermite” alt=”Age”
    Ce mot vient de “bernat” qui était un sobriquet pour désigner certains animaux et de “ermite” car il se loge dans des coquilles vides pour y vive en solitaire comme un ermite.

  4. fabrice

    Bon,

    J’ai regardé le code source :o)
    Le bernard l’hermite apparaît ainsi en pleine lumière !
    Apparemment l’origine du mot est occitane : “bernat-l’ermito” bernat viendrait du prénom de Bernard de Clairvaux et ermito du comportement de l’animal.

    J’apprends des choses;
    Merci Szam !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.